top of page

20-26/12/2018 – De la Terre de feu aux glaciers des Andes

Dernière mise à jour : 19 janv. 2019

Le ferry nous fait quitter la Terre de Feu en traversant une dernière fois le détroit de Magellan. Nous sommes donc de nouveau sur le continent !


Nous restons 24h au Chili, le temps de 2 balades dans Pali Aike, au milieu de volcans éteints depuis plus de 15.000 ans. Le vent est revenu avec force, et il faut lutter pour pouvoir avancer (ou au contraire on avance très très vite quand il est dans notre dos !).


Paysages volcaniques de Pali Aike

Paysage de lave

Cratère


Nous passons la frontière pour la 3ème fois de la semaine pour nous retrouver en Argentine. Nous faisons une halte pour la nuit près de la laguna azul, magnifique au fond d’un cratère. Nous reconnaissons le clin d’œil de nos amis de la famille Arc-en-ciel qui sont passés là il y a 3 semaines :


Laguna Azul

Clin d'oeil de la famille Arc-en-ciel


Et nous voilà de nouveau sur la route pour rejoindre l’ouest de la Patagonie à El Calafate. Nous nous posons ici pour une petite semaine. Nous avons descendu le sud du continent par la côte Atlantique argentine, nous le remonterons par les Andes, en alternant Argentine et Chili.



El Calafate est une jolie petite ville de 25.000 habitants, le long du lago Argentino. Elle fait maintenant partie des lieux très touristiques d’Argentine, du fait de sa proximité avec un des joyaux de l’Argentine : le glacier Perito Moreno, qui attire 600.000 visiteurs par an, de décembre à février. En 2001 un aéroport a été créé, et depuis la population a triplé ! Effectivement, il s’agit de l’endroit le plus touristique que nous ayons croisé depuis que nous sommes en Argentine, la ville reste quand même charmante.


En arrivant nous retrouvons 3 familles françaises que nous connaissons, et allons manger un bel asado de bœuf et d’agneau dans El Calafate, l’occasion pour les parents de discuter et de se donner des bons plans, et pour les enfants de jouer. Le lendemain, samedi, nous passons la matinée avec nos amis de la famille Arc-en-ciel, et finissons de préparer les prochains jours car pour nous El Calafate signifie avant tout … l’arrivée de lendemain de Matthieu, Su, Axel et Luna !



Le lendemain, nous mettons le réveil et partons les récupérer à l’aéroport. 5km avant, nous voyons une voiture arriver et nous faire des appels de phare. On cherche : avons-nous oublié les phares (obligatoires de jour et de nuit) ? avons-nous laissé un lanterneau ouvert ? … Non ! Ce sont Matthieu et Su qui sont arrivés et qui viennent à notre rencontre ! La joie est à son comble, nous sommes vraiment surexcités et émus de les voir ici, à 15.000km de chez eux et de chez nous.


Ils sont là !!!!

Nous passons une journée tranquille, pour leur permettre de se remettre du décalage horaire, et nous récupérons notre maison pour les 3 prochains jours.



Le lendemain – 24 décembre – nous partons à la rencontre de la superstar du coin, à 80km d’El Calafate : le Perito Moreno ! Il a pour lui 2 atouts majeurs : il est l’un des seuls glaciers du monde qui n’est pas en recul, et il est très accessible (nous allons pouvoir nous en approcher à 400m).


La route est typique patagone : de grandes étendues, avec très peu de végétations, le long d’estancias. En chemin nous avons la chance de croiser une famille de 5 condors !!! Ils étaient trop hauts et trop rapides pour que nous ayons des photos, mais ce fut un grand moment !


Revenons sur le glacier : il fait 5km de large, 70m de haut, et 30km de long, et « atterrit » dans le lago Argentino. Les orages en provenant du Pacifique déversent leurs pluies dans un trou de la Cordillière des Andes, où l’eau s’accumule en neige. Comprimée par son propre poids pendant des milliers d’années, la neige se transforme en glace. Il parcourt 2m par jour, obstruant tous les 10 ans environ le bras du lac. Le niveau de l’eau des 2 côtés s’élève, augmente sa pression sur le glacier, qui finit par se rompre en une explosion d’eau et de glace.

Pour l’admirer, nous disposons de 4km de passerelles. Elles vont nous permettre de l’approcher à sa base, et de l’admirer de haut. Tous les après-midis, la « chaleur » fait tomber des immenses icebergs qui se détachent du glacier et s’effondrent dans le lac. Le spectacle est autant visuel qu’auditif : on entend un bruit de tonnerre à chaque chute.

Ce fut magique de passer cette veille de Noël ici, avec nos amis, devant ce spectacle grandiose...












Nous terminons ce formidable 24 décembre par un réveillon-asado entre amis ! Pendant que les hommes font le barbecue, les enfants font un foot avec les voisins. Puis nous nous régalons de cadeaux rapportés de France (foie gras, champagne, chocolats,...) et ouvrons avec délice nos cadeaux, dont certains sont arrivés par surprise de France !





Joyeux Noël !


Le lendemain, 25 décembre, nous complétons notre "connaissance " des glaciers en allant au glaciarium d'El Calafate, et en profitons pour expérimenter un "hielo bar" (bar de glace) à -3° !


La vue du glaciarium est pas mal !

Certains n'ont pas la tenue adaptée...


Dans un igloo




Nous allons faire une autre expérience argentine : j’avais rapidement parlé du maté quand nous étions en Uruguay. Il s’agit d’une boisson qui se boit dans toute l’Amérique du sud, principalement en Argentine, Uruguay et Paraguay, et qui est associé à un rituel. A Etruria, le village où vit la branche argentine de la famille de Philippe, ses cousins nous avaient offert un nécessaire à maté. Nous sommes donc allés prendre un « cours » auprès d’un argentin qui tient le musée historique de la ville. Tout est codifié : le récipient, la température de l’eau, … Et c’est avant tout une boisson conviviale puisqu’il n’y a qu’une tasse à maté et une paille, et que ça se fait tourner. Je dois dire que c’est très amer…


En buvant le maté


Nous quittons aujourd'hui El Calafate, pour 3 jours au Chili.



137 vues
bottom of page